Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Message du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas à l’occasion de la Journée de l’unité allemande le 3 octobre 2019

Heiko Maas

Heiko Maas, ministre fédéral des Affaires étrangères, © Thomas Koehler/photothek.net

02.10.2019 - Article

Il y a quelques jours, j’étais sur ce même balcon où trente ans plus tôt, jour pour jour, Hans-Dietrich Genscher annonçait aux centaines de citoyennes et citoyens de RDA réfugiés à l’ambassade de la RFA à Prague qu’ils étaient autorisés à se rendre en République fédérale d’Allemagne. En ce mois de septembre, la Hongrie venait d’ouvrir dans une action sans précédent sa frontière avec l’Autriche et permis à des dizaines de milliers de réfugiés de RDA de poursuivre leur voyage vers l’Allemagne de l’Ouest. Il y a quelques jours, nous avons également fêté à Berlin cet anniversaire avec des jeunes d’Allemagne et de Hongrie. Ces deux événements ont été des jalons d’autant plus importants sur la voie de l’unité allemande qu’ils ont causé de profondes fissures dans le mur de Berlin qui n’allait pas tarder à être renversé. C’est donc en particulier grâce à la Hongrie et à l’ex-Tchécoslovaquie que l’Allemagne peut célébrer l’anniversaire de son unité depuis 29 ans déjà.

Sur le balcon à Prague, dans mes entretiens avec des témoins de l’époque ainsi que lors des célébrations à l’occasion du 30e anniversaire de l’ouverture de la frontière hongroise, il est clairement apparu que l’unification de l’Allemagne et de l’Europe a reposé sur l’assurance qu’un continent uni offre à tous un meilleur avenir que la lutte entre les systèmes. Nos partenaires internationaux avaient en 1989-1990 bon espoir qu’une Allemagne unifiée parviendrait à construire avec ses voisins une Europe pacifique, libre et solidaire.

Nous sommes plus que jamais convaincus qu’une Europe forte et unie est la meilleure réponse face aux questions urgentes de notre époque. Une telle Europe est également pour l’Allemagne le meilleur garant de la paix et de la prospérité. Il est donc important de poursuivre malgré certaines divergences l’étroit dialogue que nous menons avec nos partenaires de l’est de l’Europe. Car ce n’est pas le repli sur soi mais le renforcement de la communauté qui nous fera avancer. C’est ce que nous voulons souligner tout particulièrement durant la présidence allemande du Conseil de l’UE en 2020 en cette trentième année d’anniversaire de l’unité allemande.

Ce qui s’est passé à l’automne 1989 dans l’est de l’Allemagne témoigne également du pouvoir des personnes qui manifestent pacifiquement dans la rue pour défendre leurs droits démocratiques. Je pourrais citer d’autres exemples dans le monde où nous observons aujourd’hui des phénomènes similaires. Cela montre, notamment compte tenu de nos propres expériences, combien il est important de s’engager pour des valeurs démocratiques, le respect des droits de l’homme et un ordre international fondé sur des règles. Dans ces domaines, nous assumons avec nos partenaires nos responsabilités à l’échelle mondiale.

Retour en haut de page